• les lectures de janvier

    Rien de tel en hiver que de se mettre dans son canapé sous un plaid avec une bonne tasse de thé et un bon bouquin. Ce mois-ci, je vous propose deux albums jeunesse et deux livres adultes et jeunesse aussi et la moitié conseillée par mon amie, la collectionneuse de papillon.

    Pour le premier, la petite communiste qui ne souriait jamais de Lola Lafon aux actes Sud.

    P1060644.JPG

    Il s'agit de l'histoire de Nadia Comaneci, une championne de gymnastique roumaine, médaillé olympique à Montréal en 1976 avec pour la première fois un 10. Bon moi je ne savais pas qui c'était donc je suis allée voir sur internet et plus particulièrement sur la chaine Youtube Olympics. Effectivement elle est impressionnante, mais bon pour moi toutes les gymnastes sont impressionnantes. 

    Ce livre n'est pas une biographie, c'est plutôt l'histoire d'un auteur fasciné par un destin de vie hors norme, celui de cette petite gamine qui rafle tout, qui semble être une machine à médaille. Elle fascinait, elle émerveillait tout une génération de jeunes filles qui se sont par la suite élancées dans les airs au dessus des poutres et des barres asymétriques. L'auteur faisait sans doute partie de ces petites filles. Au départ, j'avais envie de lire ce livre, parce que je suis toujours intriguée et fascinée par cette recherche de la perfection dans les sports artistiques, le modelage des corps pour arriver au geste parfaitement beau. Un travail qui existe aussi dans une de mes passions, la danse classique. Mais finalement, de ce côté là je suis un peu restée sur ma faim.

    J'ai beaucoup  plus aimé le cheminement de l'auteur pour retracer la vie de Nadia, pour essayer de comprendre, de décoder ses non dits, ses silences, ce qu'elle ne veut pas qu'on sache dans sa préparation, dans ses relations avec le parti communiste, avec son entraineur, avec ses coéquipières. Il y a donc deux histoires dans ce roman, celle de cette petite communiste qui ne souriait jamais et celle de l'écrivain en difficulté face à ses sources humaines, historiques et d'inspiration.  

    Enfin le dernier point qui m'a paru intéressant de ce livre, c'est le miroir des deux blocs,  ce qu'on voit par le trou mité du rideau de fer à l'est comme à l'ouest. On idéalise, on caricature, on embellit, on enlaidit les situations qui sont comme bien souvent bien plus complexes que ce que le premier regard nous laisse entre apercevoir.

     

    pour le deuxième,

    -Tant que nous sommes vivants, Anne Laure Bondoux,  Gallimard jeunesse

    Quelle magnifique couverture n'est ce pas, ce théâtre d'ombre et de lumières qui résume si bien la vie des deux héros de ce livre.

    La vie nous oblige à savoir qui nous sommes et d’où nous venons pour avancer. Une belle histoire d’amour entre Bo et Hama, un amour pur et intransigeant sans concession et sans pardon qui se brise, d'un coup et qui du coup nous abandonne à nous lecteur, alors que leur fille unique Tsell reconstruit cette histoire, son histoire en partant sur les traces de ses parents, dans ces mondes où ils se sont tant aimés où ils se sont tant promis sans doute trop, accompagné par Vigg son âme sœur.

    Une belle histoire de résilience aussi. Quand tout va mal quand on a touché le fond on ne peut que repartir, redémarrer et faire de belles rencontres.On a tous une force au fond de nous qui nous permet de rebondir, il faut seulement savoir la saisir.

    Ma petite critique est très personnelle, la littérature jeunesse s’embarrasse pour moi toujours de créatures, de phénomènes étranges qui me mettent toujours mal à l'aise, que je juge obsolète pour mon avancement dans l'histoire et ce fut le cas dans ce roman aussi. 

     

    On passe maintenant aux albums.

    P1060638.JPG

    pour le premier, il s'agit de Je suis un papillon de Vincent Cuvellier chez Gallimard jeunesse avec les illustrations de Sandrine Martin.

    Il est sublime; c'est l'histoire d'un papillon qui nait et qui meurt dans le jardin des Hoffmann. Ils sont juifs dans les années 30 en Allemagne. Rien ne le dit dans le récit, mais on le suppose. C'est donc l'histoire d'une fête qui va tourner au drame sur une journée. Point l'histoire s'arrête là.
    Mais ce qui fait la force de cet album, c'est que nous savons ce qui s'est passé, après, pour les Hoffmann et les 6 autres millions de victimes de l'idéologie nazie.

    IL FAUT LE LIRE!!

    pour tout vous dire, je l'ai lu seule et je n'ai pas eu envie de lire à mes filles que j'ai voulu préserver un peu de la barbarie dont peuvent être capables les hommes. 17 victimes de terrorismes ça suffit, comme explication de l'horreur pour le mois de Janvier.

     

    enfin pour terminer, Abris d'Emanuelle Houdart aux éditions les fournis rouges, conseillée par la collectionneuse de papillons, je vous renvoie au bel article qu'elle avait fait sur son blog à son sujet.

    Je vous propose juste nos illustrations identificatrices, toujours très révélatrices. je l'avais déjà fait ici.

    pour Auriane

    P1060646.JPG

    Auriane a aimé celle-ci, elle s'endort toujours avec trois ou quatre albums dans son lit éparpillés autour d'elle dont toujours un barbapapa

    P1060648.JPG

    Celle de Maritxu parce qu'ils s'aiment comme papa et maman

    P1060647.JPG

    Pour moi celle-ci parce que j'adore les bains aux huiles essentielles, le thé est ma boisson préféré, et le pinceau représente mon côté manuel caché et secret (pas tant que ça parce que je dévoile tout ici) et tout ceci m’apaise et me rend heureuse. 

    Au mois prochain pour nos prochaines lectures et vous qu'avez vous lu?

     

     

  • la manchette rock ethnique, ça existe? sans doute

    Samedi dernier, nous étions en week-end chez mes parents et ce que j'aime beaucoup dans ma maison d'enfance et d'adolescence; c'est farfouiller dans le stock loisirs créatifs de ma petite maman. L'autre jour, j'ai donc trouvé de quoi me faire une manchette avec des vynils bleus et camel trop beaux issus d'un chouette kit de l'an dernier , j'imagine.

    P1060641.JPG

    j'ai pris la photo, une fois ma manchette terminée à minuit passé, donc la lumière est atroce:

    Des clous, des strass et un bracelet brésilien pour la route (ah ben oui,  j'étais dans ma maison d'adolescente...) et c'est parti pour accompagner mes jeans avec ma veste tailleur sweat camel que j'aime d'amouuuur!!

    Je vous laisse je pars broder des fusées en feutrine nooooww!!

  • beaux livres des vacances: La France, terre et et temps

    Bon dans ma note de dimanche dernier, je vous signalais des nouveaux posts et bien voici le premier. Il s'agit de mes lectures personnelles. je me suis longtemps freinée là dessus, en me disant non ne t'éparpilles pas, les gens viennent ici pour voir des travaux d'aiguille. puis après tout, j'ai aussi envie de partager ça donc allons y gaiement. Pour commencer, je vais vous parler de deux beaux livres comme on les appelle: les "lourds", avec de sublimes images qui ont occupé une partie de mes vacances. Je tiens à préciser que je lis souvent ces livres pendant les vacances parce qu'au vue de la taille, c'est impossible de les feuilleter au lit et que du coup j'adore déjeuner avec quand j'ai le temps soit pendant les vacances. C'est mon petit plaisir du matin

    Ce n'est pas fait exprès mais  les deux sont liés à la discipline que j'enseigne, le premier concerne la géographie et le second l'histoire.

    Il s'agit d'abord de La France de R Depardon aux éditions du seuil. Il s'agit du catalogue de l'exposition qu'il avait réalisé à la bnf en 2010. J'aime beaucoup les photographies de Depardon, elles témoignent pour moi d'une France que j'affectionne, celle des contre territoires, celles où le temps est plus lent, l'activité moins grisante, de ces périphéries par lesquelles on ne se définit pas et qui pourtant font parties de nos espaces de vie ou au moins de "nos espaces vécus", parce qu'on les habite, on les parcoure soit pendant les vacances, aller rendre visite à la famille, soit même pour y vivre (les campagnes périurbaines).

    Ces photographies sont le résultat d'un périple dans la France du début du XXIè siècle. Il voulait photographier le territoire français seul avec une chambre 20*25. L'objectif est de montrer les conséquences de l'explosion urbaine dans les périphéries et dans les espaces isolés. Pour moi, c'est la continuité logique de son travail effectué sur les espaces en voie de désertification.

    Peu d'hommes, que des paysages:juste la conséquence de nos choix d'aménagement, de pratiques de l'espace. En tant que géographe de formation, il aborde à travers ces prises de vue, des problématiques que j'aimais tout particulièrement, telles que comment fait-on pour être un territoire visible et si ce n'est pas possible en vue ou désiré?  et qu'advient-il des territoires que l'on cache, qui feraient tâche sur la page d'accueil d'un site web des offices de tourisme? ils sont dans la France de Depardon.

    P1060624.JPG

    P1060625.JPG

     

    Pour le deuxième livre, on part dans les souvenirs des cours d'histoire de Daniel Picouly

    P1060621.JPG

    Nos histoires de France, D Picouly aux éditions hoëbeke

    Il s'agit d'un beau livre qui regroupe les affiches des cours d’histoires des années 50 à70 et au travers desquelles Daniel Picouly raconte son histoire de France et les souvenirs de son enfance avec beaucoup d’humour. Un parfum d’une école suranné où le maître était respecté, admiré parfois moqué et où l’histoire était celle des gaulois, des troupes napoléoniennes et des heures de gloire de la révolution française. Une histoire pleine d’humour. 

    Ce qui m'a beaucoup plus d'abord, c'est que je suis convaincue que nos cerveaux allient toujours la mémorisation d'un grand évènement de l’histoire à une anecdote. Je me souviens exactement, mais en vrac, de la main posée du garçon assis devant moi sur la cuisse de sa voisine quand j'ai appris l'abolition des privilèges, du hamster récemment acheté par une camarde de classe (oui mon lycée était en face d'une animalerie) en train de gigoter dans son sac, pendant la lecture d'une des plus belles scène d'Alfred de Musset dans On ne badine pas avec l'amour.  Même pour une histoire plus contemporaine, pour le  11 septembre 2001, Je me rappelle de l'annonce radio pendant le petit déjeuner des 3- 6 ans au centre aéré, de mes parents devant les images de la chute du mur de Berlin, de la réflexion de mon parrain devant l’apparition à la télévision des candidats au deuxième tour de l’élection présidentielle de 2002 et de mon stylo rouge qui s’est levé et qui s’est arrêté le 7 janvier  face à l’annonce de l’attentat à Charlie Hebdo.  

    Ensuite, j'aime beaucoup voir que l’histoire qu'on enseigne est aussi le reflet d'une époque, d'un message que les programmes ont envie de faire passer. Bref sans m'étendre, je me suis faite une petite analyse historiographique de ces affiches qui par ailleurs sont belles. j'en ai en attente d'encadrement dans mon bureau.

    P1060622.JPG

    un village gaulois

    P1060623.JPG

    Une représentation de Molière à la cour de Louis XIV

  • Pour un petit aventurier, un rêveur, un chercheur d'étoile

    j'ai prévu de réaliser deux cadeaux de naissance pour le petit bébé d'une collègue. j'ai essayé de répondre au mieux à ses attentes et à ses désirs de décoration de chambre. Elle m'avait donné le code couleur et voici donc la première réalisation.

    P1060633.JPG

    Bon alors bien sur, je ne progresse pas sur la prise de photos et surtout je n'ai pas le matelas  pour poser cette housse de matelas à langer donc forcément ça ne donne rien.

    Le principe est de pouvoir changé la serviette en nid d'abeille du dessus. Pour le moment il y en a qu'une. Elle a la taille d'une serviette invitée et elle est maintenue sur la housse avec un système de scratch

    Les appliqués sont issus du livre d'Anne Alletto, un monde en couture pour nos petits lutins.

    P1060634.JPG

  • book jar

    P1060637.JPG

    Je vous présente l'une de mes résolutions de l'année: faire diminuer mon stock de bouquins en attente de lecture. ce que les blogueuses littéraire appellent la PAL.
    Pourquoi utiliser le principe de la cantine, pour lire. D'abord ça m'a permis de faire le tour des bouquins en attente et j'en avais quand même 26!! Je me suis même rendu compte que j'en avais un en double pour vous dire. Ensuite parce que parfois j'ouvre ce placard et comme je ne sais jamais lequel prendre, je le referme et pars m'en acheter un autre, ou si quelqu'un m'enconseille un ou m'en prête je lis celui-ci et laisse tomber mes pérégrinations dans mon placard à livres non lus.

    Ensuite, je trouve ça plutôt sympa le principe du hasard qui va me guider vers une lecture. Je tiens à préciser que pour vraiment piocher au hasard, je vais confier la tâche de la main dans la jarre à mes filles.

    P1060636.JPG

    Je me suis fixée l'objectif d'en lire la moitié 13. Affaire à suivre, vais-je arriver à tenir ce pari personnel et complètement inutile je vous l'accorde mieux que les ouvrages d'aiguilles à terminer. Affaire à suivre.